13/10/2014

Sweet Violets, Scarlett virtuose

14, 17, 22, 24 & 26/05, Royal Opera House

Si l’on devait donner une définition de la balletomanie, je dirais qu’on peut s’en déclarer atteint le jour où l’on retourne voir un ballet au cours d’une même série de représentations avec la même distribution. Mes premiers symptômes ont suivi la soirée Lifar / Petit / Béjart à l’Opéra Garnier il y a quelques années; le dernier accès en date remonte au programme Serenade / Sweet Violets / DGV au Royal Opera House en mai, mais cette fois, c’est une fièvre musicale qui m’a poussée à y retourner une, deux, trois, quatre, cinq fois (j’ai quand même eu la décence manquer l’une des représentations de la série, histoire de ne pas me faire diagnostiquer ballet-maniaque).
 
Steven McRae & Laura Morera, Sweet Violets © Tristram Kenton