24/01/2013

Benjamin Millepied directeur du Ballet de l'Opéra de Paris

L’identité du prochain directeur du Ballet de l’Opéra de Paris a été révélée aujourd’hui par le New York Time : Benjamin Millepied, ancien danseur étoile du New York City Ballet et fondateur de la compagnie LA Dance Project prendra la succession de Brigitte Lefèvre à partir de septembre 2014. En brisant l’embargo tôt ce matin (l’annonce officielle devait faite être lors de la conférence de presse à 11h30), le New York Times a donné aux Américains la primeur d’une nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux, peu de gens en dehors de la presse officielle s’attendant à une telle nomination.

Né en 1977 d’une mère professeure de danse contemporaine et d’un père entraîneur sportif, Benjamin Millepied commence la danse à Bordeaux, sa ville de naissance, avant d’entrer à 13 ans au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Trois ans plus tard, il remporte une bourse au prestigieux Prix de Lausanne pour partir à New York étudier à la School of American Ballet. Il intègre à 18 ans le New York City Ballet, dont il est nommé danseur étoile en 2001, et y découvre les ballets de George Balanchine et Jerome Robbins.

Benjamin Millepied © Philippe Merle / AFP

Parallèlement à sa carrière de danseur, Benjamin Millepied fait ses débuts comme chorégraphe : il crée des pièces pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, l’Opéra de Paris (Amoveo en 2006), l’American Ballet Theater etc., avant d’être engagé comme consultant sur le film Black Swan en 2009. La suite de l’histoire s’est écrite dans les médias : sa rencontre avec l’actrice Natalie Portman, leur mariage et leur premier enfant. (Bonne nouvelle pour les amateurs de presse people, la famille a prévu de s’installer en France.) Des créations légères et vivantes que j’ai pu apercevoir à Lyon et à Paris, sans avoir toujours été totalement convaincue.

A 36 ans, le médiatique danseur-chorégraphe, qui a fondé il y a quelques mois sa propre troupe à Los Angeles (6 danseurs), s’apprête donc à prendre la direction du Ballet de l’Opéra de Paris. Lourde tâche, lorsqu’on connaît la complexité de la structure administrative et la stricte hiérarchie de la compagnie, auxquelles sa carrière en Amérique ne l’a pas préparé : prendre la tête d’une population de 154 danseurs en CDI ne s’improvise pas. Après avoir longtemps murmuré qu’un ancien danseur étoile de l’Opéra assurerait la relève (Laurent Hilaire, actuel Maître de Ballet Associé à la Direction de la Danse, et Charles Jude, Directeur du Ballet de Bordeaux, avaient notamment été cités).

On ne peut néanmoins que se féliciter du choix d’une personnalité internationale et extérieure à la compagnie. Même s’il a déjà eu l’occasion de collaborer avec le Ballet de l’Opéra, notamment lors de la création d’Amoveo, Benjamin Millepied n’est pas issu de l’Ecole de Danse et a échappé aux luttes fratricides de cette microsociété (décrite par Nils Tavernier dans son film Tout près des étoiles). On peut compter sur lui pour apporter un regard neuf sur le répertoire, mais aussi la communication de la « grande Boutique », très en retard sur ce qui se fait dans le monde anglo-saxon en termes d’ouverture au public et de mécénat.

Le Ballet de l’Opéra de Paris, Défilé © Medici.tv

Avec la nomination de Stéphane Lissner au poste de Directeur de l’Opéra de Paris en octobre dernier (c'est-à-dire de l’organisation dans son ensemble mais surtout des activités lyriques, le directeur artistique du Ballet opérant sous son égide) c’est un nouveau binôme qui prend la tête du prestigieux établissement. Les deux hommes ont fait leurs classes à l’étranger et pourront tirer parti de cette expérience, en particulier en matière budgétaire : la situation financière des compagnies étrangère étant beaucoup moins protégée qu’en France, on y fait mieux avec moins, tout en soignant ses publics, chaque spectateur étant un mécène potentiel.

Malgré mes réserves sur les aptitudes managériales du nouveau directeur, je me réjouis du nouveau souffle qu’il pourra apporter à la compagnie, restée 20 ans sous le règne d’une même directrice. Espérons qu’il saura trouver les bonnes personnes sur lesquelles s’appuyer pour mettre en œuvre le changement et entretenir l’excellent niveau classique, tout en donnant à chaque danseur la possibilité de se développer tant sur le plan artistique que personnel : préserver leur santé pour éviter les blessures devenues trop coutumières ces dernières années et préparer leur reconversion en multipliant les rencontres à l’extérieur. Faire sortir la compagnie de sa tour d’ivoire et la confronter aux publics du XXIe siècle sera la première mission du nouveau directeur.

A lire : l’article de Roslyn Sulcas dans le New York Time : Millepied Will Be New Director of ParisOpera Ballet et celui d’Ariane Bavelier dans Le Figaro (qui nous donnait hier Benjamin Millepied favori) : Benjamin Millepied à la tête du ballet del'Opéra de Paris.