25/02/2013

La saison 2013-2014 de l’Opéra de Paris, romantique et libertine

L’AROP dévoilera ce soir aux « Amis » de l’Opéra de Paris la saison 2013-2014 en avant-première, avant la mise en ligne de la bande-annonce réalisée par Benoît Jacquot demain matin sur le site officiel. En fait, comme tous les ans, la programmation lyrique complète est déjà connue depuis longtemps du fait de l'agenda des chanteurs - des vedettes que les maisons d'opéra s'arrachent en les réservant par contrat des années à l'avance - et la liste des ballets a également fuité il y a quelques semaines. La saison 2013-2014 du Ballet de l'Opéra n’est donc plus un secret, et il est temps pour toute blogueuse danse de livrer ses impressions sur ce qui devrait occuper une bonne partie de son temps l’année prochaine…


Calendrier 2013-2014 du Ballet de l'Opéra de Paris
(liste complète et définitive)

21 septembre au 10 octobre 2013, Palais Garnier
La Dame aux Camélias de John Neumeier

31 octobtre au 14 novembre 2013, Palais Garnier
Soirée contemporaine
Doux mensonges de Jirí Kylián, Glacial Decoy de Trisha Brown,
Darkness is hiding black horses (création) de Saburo Teshigawara

4 décembre 2013 au 4 janvier 2014, Opéra Bastille
La Belle au Bois Dormant de Rudolf Noureev

7 au 21 décembre 2013, Palais Garnier
Le Parc d'Angelin Preljocaj

4 au 10 janvier 2014, Palais Garnier
Tournée du Ballet du Bolchoï
Illusions perdues d'Alexei Ratmansky

3 février au 5 mars 2014, Palais Garnier
Onéguine de John Cranko

21 février au 13 mars 2014, Palais Garnier
Soirée Cullberg/De Mille 
Mademoiselle Julie de Birgit Cullberg
Fall River Legend d'Agnes de Mille

5 au 10 avril 2014, Palais Garnier
Spectacle de l’École de Danse
Concerto en Ré de Claude Bessy, Napoli d’August Bourbonville,
Scaramouche de José Martinez, Yondering de John Neumeier

18 au 22 avril 2014, Palais Garnier
Soirée Jeunes Danseurs et Danseuses

3 au 21 mai 2014, Palais Garnier
Orphée et Eurydice de Pina Bausch

10 mai au 8 juin 2014, Opéra Bastille
Soirée Balanchine/Millepieds
Daphnis et Chloé (création) de Benjamin Millepied
Palais de Cristal de George Balanchine

19 juin au 7 juillet 2014, Palais Garnier
Soirée Robbins/Ratmansky
Dances at a gathering de Jerome Robbins
Psyché d’Alexei Ratmansky

30 juin au 16 juillet 2014, Opéra Bastille
Notre-Dame de Paris de Roland Petit

9 Juillet 2014, Palais Garnier
Adieux de Nicolas Le Riche, soirée exceptionnelle



Esprits passionnés et férus de littérature, cette saison est faite pour vous ! La programmation ci-dessus ne ressemble-t-elle pas à une série d’étapes au pays de la Carte de Tendre ? Elle m’apparaît comme un itinéraire du cœur, qui vous invite à un voyage dans le temps : des amours grecques aux salons du XIXe siècle, en passant par la galanterie précieuse et les passions interdites du Moyen-âge. Amour ludique dans Le Parc et Dances at a gathering, sensuel dans Doux mensonges, pastoral avec Daphnis et Chloé, enchanté chez Psycet La Belle au Bois Dormant, tragique pour Mademoiselle Julie ou Orphée et Eurydice

Le roman du XIXe siècle, romantique et réaliste, sera à la mode, avec en ouverture de saison La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils (1848). Le Ballet du Bolchoï apportera en janvier les Illusions perdues d’Honoré de Balzac, portées à la scène par Alexei Ratmansky en 2011, et l’hiver russe se poursuivra jusqu’en février avec Onéguine d'Alexandre Pouchkine (1825). Enfin, le monumental Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (1831) dépeint par Roland Petit se déploiera à l’Opéra Bastille en fin de saison. Batailles sociales et liaisons dangereuses, sublimées par la puissance implacable de la danse néoclassique : un répertoire exigeant et stylisé dans lequel les danseurs de l’Opéra de Paris excellent.

Après une saison 2012-2013 très contemporaine, les chorégraphes néo-classiques se taillent d’ailleurs la part du lion : Roland Petit, Jirí Kylián, John Neumeier, John Cranko, Angelin Preljocaj et George Balanchine se partageront l’affiche. Des œuvres fortes sur fond de technique académique, à mi-chemin entre le kitch des grands ballets classiques et la recherche contemporaine parfois trop austère pour satisfaire tout le public. Celle-ci sera réduite à la portion congrue et représentée par des femmes, ce qui n’est pas pour me déplaire, avec les américaines Trisha Brown et Agnes de Mille, l'allemande Pina Bausch, la suédoise Birgit Cullberg (qui n’est autre que la mère de Mats Ek) et le japonais Saburo Teshigawara.

Un seul grand ballet classique pour maintenir l’équilibre entre tradition et modernité : La Belle au Bois Dormant de Rudolf Noureev fera un retour très attendu à l’Opéra Bastille pour les fêtes de fin d’année. Un joli cadeau de Noël pour les familles, la capacité de Bastille et la longue série de représentations (qu’on peut présager en cette période de l’année, malgré le risque accru de blessures) devant suffire à satisfaire tout le monde, à commencer par le responsable de la billetterie. Les multiples seconds rôles pourraient également permettre de mettre en valeur les nombreux jeunes talents du corps de ballet.

La saison 2013-2014 sera la dernière entièrement conçue par Brigitte Lefèvre, qui travaillera sans doute sur la prochaine en collaboration avec le futur directeur du Ballet, Benjamin Millepied. Elle verra le départ de plusieurs grands danseurs arrivés à l’âge fatidique de la retraite (42 ans ½), au grand dam de leur public : Agnès Letestu, dernière étoile repérée par Rudolf Noureev, fera ses adieux sur La Dame aux Camélias dès la rentrée ; Isabelle Ciaravola dans le rôle sur lequel elle a été nommée étoile, la Tatiana d’Onéguine. Nicolas Le Riche, adulé, aura quant à lui droit à une grande fête lors d'une soirée exceptionnelle le 9 juillet au Palais Garnier…

Les + : une saison néo-classique, littéraire et romantique

Le - : un seul grand ballet classique (avec Giselle, la saison aurait été parfaite)


Sources : Twitter, Danses avec la plume, Dansomanie

Aucun commentaire: