22/12/2011

Le Ballet Igor Moïsseïev de retour à Paris

Palais des Congrès, 19/12

Lorsque Val Productions, partenaire français de l’Ensemble académique d’État de danses populaires / Russie (et également des Étés de la Danse) m’a contactée pour m’informer de la venue du Ballet Igor Moïsseïev à Paris, j’avoue que j’ai d’abord pensé : « bon, encore une compagnie russe... », avec tout ce que cela supposait : du panache, une technique flamboyante, des extensions à tout va, mais quid de la rigueur académique dont les balletomanes français sont si friands. Depuis, j’ai eu toutes les raisons de revenir sur cette fausse opinion.

D’abord, le professionnalisme de la campagne promotionnelle faisait plaisir à voir. De l’idée d’inviter des blogueurs à partager leur opinion, à celle d’organiser des jeux concours dans de nombreux journaux, l’utilisation des réseaux en ligne a été bien pensée. Les vidéos promotionnelles et le site internet très complet n’étaient pas en reste. Autre média non moins efficace : les grandes affiches qui se sont étalées partout dans le métro parisien, et vous dressent une haie d’honneur lorsque vous pénétrez dans le Palais des Congrès, comme pour rappeler que vous allez voir des danses populaires, et que le public visé l’est aussi.

La salle habituellement si froide est pour ces représentations tamisée de rouge, ce qui lui donne une ambiance beaucoup plus chaleureuse. En ce soir de générale, on y croise des gagnants de divers concours, des familles invitées par leur comité d’entreprise, des blogueuses... et mes voisins, un couple de personnes âgées, qui avaient vu la compagnie lors de sa 3ème tournée parisienne, en 1966 ! Les ouvreurs distribuent le beau programme illustré et rempli de notes explicatives sur chaque ballet (le spectacle ne compte pas moins de 14 danses différentes), le personnel est souriant et sympathique, et, fait tout aussi remarquable en ce lieu, la représentation commence à l’heure.

Avant l’entrée du ballet, on assiste d’abord à la projection d’un petit film en hommage au fondateur de la compagnie, Igor Moïsseïev (1906-2007). Pas des vidéos sorties d’on ne sait où et racolées les unes aux autres, mais de vraies belles images d’archives qui retracent l’histoire de la compagnie, de sa création en 1937 suite à un festival de danses folkloriques à Moscou, à la disparition du chorégraphe après avoir reçu l’ordre du mérite de la patrie le jour de ses cent ans pour avoir donné ses lettres de noblesse à la danse folklorique. L’homme danse encore entre des bâtons à 80 ans ; on se souviendra de son regard attentif en répétitions, et de ses mots aux danseurs : « exigez autant de vous qu’on exige de vous, (...) nous voudrions laisser une trace dans l’histoire dont nous n’aurions pas honte ». Promesse tenue.
Répétition de Jota Aragonaise © E.Masalkov

Alors que le dernier portrait s’estompe, l’orchestre entre en mouvement et le rideau se lève dans un flash de lumière sur deux rangées de jeunes paysans pour le premier ballet : une fête des vendanges. Le couple principal entame une danse vive et précise, le moindre pas est tenu et placé à la perfection par des solistes tous formés à l’Ecole-Studio, extension pédagogique à la compagnie fondée par Moïsseïev en 1943. Les divertissements villageois de toutes les Russies reprennent vie sous les codes de la danse de caractère.

Je n’en dirai pas plus, je préfère vous laisser découvrir le programme, en vous encourageant à aller apprécier ces danses traditionnelles par vous-même : le spectacle est fait pour réjouir toute la famille.

PREMIÈRE PARTIE
Danses Russes « Eté »
Danse Kalmouke
Danse des Tatars de Crimée
Khoroumi – Danse Guerrière Adjare
Suite Moldave - Joc
Vieux Quadrille Citadin
Tableau chorégraphique « Les Partisans »
Suite moldave © V. Vyatkin

SECONDE PARTIE
Un jour sur un navire
Boulba
Danse Tzigane
Jota Aragonaise
Gaucho
La lutte des deux gamins
Gopak


Ne manquez pas l’article d’Amélie, qui a vu le spectacle en entier, ni le fil de discussion dédié à la tournée sur le forum Dansomanie.